Disparitions

il etaitPrix des Libraires 2016

J’ai longtemps été persuadée que Thomas B.Reverdy était américain, ce B peut-être, ce Y chic, cette consonance. Si une amie ne m’avait détrompée, je l’aurais cru encore vu le thème et le titre de son dernier roman: « Il était une ville ». Ce livre, qui n’a rien d’un conte, raconte Détroit pendant la crise des subprimes.

Il était une fois l’histoire d’un naufrage lent et inexorable, le naufrage de cette ville américaine qui doucement disparait. Dès les premières pages, l’atmosphère de fin du monde est posée. Les usines de voitures ferment les unes après les autres, le maire est balayé par un scandale, Détroit croule sous les dettes. Les réseaux électriques sont en piteux état, certains quartiers n’ont plus d’eau. Tout est gris dans la froidure de l’hiver. Doucement, la vie semble se retirer emportée par le ressac d’un capitalisme sauvage, les habitants s’éclipsent ou se terrent, et la ville s’efface. Des quartiers entiers deviennent des terrains vagues, des entreprises sont squattés. Détroit c’est la chute du capitalisme triomphant. Dans ce qu’il reste de l’ancienne capitale américaine de l’automobile, un gamin traine avec ses copains, un flic cherche des disparus et un ingénieur français débarque pour ouvrir un complexe industriel. A travers ces trois personnages, Thomas B Reverdy parvient à créer une « poésie des ruines. »

J’aime les romans « géographiques », les écrivains des lieux (comme Maylis de Kerangal dans « Naissance d’un pont »), je me suis découvert un nouveau chouchou : Thomas B.Reverdy.

IMG_1476

Une autre poésie des ruines, celle de l’artiste Anselm Kiefer, au Centre Pompidou

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s