Bons baisers de Téhéran

Delphine Minoui est grand reporter au Figaro. D’origine iranienne, elle est partie vivre et travailler à Téhéran en 1997. Au lendemain de la mort de son grand-père, ancien diplomate, qui n’a pas voulu quitter son pays après la révolution islamique sauf pour venir mourir à Paris, elle saute dans un avion direction Téhéran. Elle raconte, dans « Je vous écris de Téhéran », récit plus personnel que des carnets de reportage à proprement parlé, son quotidien dans ce pays – à moitié le sien- qui l’attire, la fascine et l’effraie.

Son récit commence comme une lettre à son grand-père que la journaliste aurait voulu connaitre mieux.« Celui qui s’attache à l’obscurité a peur de la vague. Le tourbillon de l’eau l’effraie. Et s’il veut partager notre voyage. Il doit s’aventurer bien au-delà du sable rassurant du rivage. » Je vous écris de TéhéranCe poème d’Hafez sert de déclencheur à son voyage, le poème d’une amie ponctuera son départ définitif d’Iran, dix ans plus tard. Entre les deux, Delphine Minoui explore toutes les facettes de son pays, ses ambiguïtés, ses paradoxes insaisissables au premier abord pour l’étrangère quand bien même elle aurait du sang perse.

On suit la journaliste qui jongle avec ses contacts et apprend à slalomer entre les menaces et les interrogatoires des services iraniens. On suit la jeune femme qui découvre la peur mais aussi la fureur de vivre et le courage des iraniennes de son âge risquant l’arrestation pour une mèche échappée du foulard ou une bière avalée. On suit la reporter emportée par le tourbillon des manifestations géantes de 1999 et 2009. Les pages sur la mobilisation des iraniens pour la liberté et le respect de leur vote en 2009 sont extrêmement émouvantes. On suit une parisienne qui découvre toute la beauté de l’Iran et de la langue persane : « Le persan, m’expliqua Sara, est un cache-cache permanent avec les sentiments. Il faut constamment lire entre les lignes pour en déceler le sens originel. Comme si cette langue, d’origine araméenne, était née pour résister. »

Comme Delphine Minoui trouve le juste milieu entre souvenirs professionnels et personnels, son livre est attachant et passionnant. Il vire parfois au thriller, on tourne les pages férocement pour savoir comment elle va se sortir des griffes des services secrets. « Je vous écris de Téhéran » m’a donné encore plus envie d’aller en Iran mais je crains qu’il ne me faille attendre encore quelques années.Pour patienter, je me mets en quête d’un recueil d’Hafez en français.

* « Je vous écris de Téhéran » de Delphine Minoui, éditions du Seuil, 2015.

A VOIR

* « Taxi Téhéran », le film de Jafar Panahi, tout juste sorti en France, pour prolonger la balade.

A LIRE AUSSI

*Le Figaro : les excellents articles que publie Delphine Minoui désormais basée au Caire.

*Nahal Tajadod,« Elle joue ». Un chouette roman inspiré par la vie de l’actriceellejoue Golshifteh Farahani  faisant écho aux déboires et désespoirs des artistes et de la jeunesse iranienne racontés par Delphine Minoui. Le papier de l’Express : http://www.lexpress.fr/culture/cinema/golshifteh-farahani-avec-elle-joue-nahal-tajajod-voulait-que-mes-paroles-rentrent-en-elle_1184616.html

*Chahdortt Djavann, « Bas les voiles » aux  éditions Autrement, ou ses autres livres. L’écrivaine franco-iranienne écrit des brûlots contre l’oppression des femmes dans les pays musulmans et contre les mollahs. Engagée, féministe, révoltée, bref important!

Pirzad*Zoya Pirzad, « Un jour avant pâques » et ces autres textes chez Zulma. Toutes les saveurs, les parfums et les lumières de l’Iran sous une plume délicate qui invite au voyage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s