Sarajevo, des snipers et des JO

« Robert Mitchum ne revient pas » de Jean Hatzfeld

Je ne vous dirai pas qui est Robert Mitchum, vous le découvrirez vite dans ce roman qui se déroule en Yougoslavie. Le pays de Tito est au bord de l’éclatement. Jean Hatzfeld a déjà raconté le conflit des Balkans dans « L’air de la guerre » publié en 1994.l'air de la guerre Dans ce carnet de reportages très complet, le journaliste qu’il était alors décrit les combats acharnés notamment à Mostar en Bosnie. Il cherche aussi à comprend pourquoi la guerre exerce cette fascination sur les reporters et sur l’homme en général. Tous sont happés par cette idée qu’on « vit plus fort » en période de guerre, que les émotions sont exacerbées. Jean Hatzfeld parcourt la région durant deux ans avant d’être blessé par une rafale de Kalachnikov et rapatrié en France.

Robert MitchumDans « Robert Mitchum ne revient pas », Jean Hatzfeld choisit la fiction pour évoquer à nouveau cette guerre européenne après une long travail journalistique et littéraire consacré au génocide rwandais.
Son dernier roman est une histoire d’amour entre Vahidin, le musulman et Marija, la serbe. Athlètes de haut-niveau, ils n’ont qu’un objectif: les JO de 1992. Ils vivent, pas encore ensemble, dans les environs de Sarajevo. Leur vie de sportifs concentrés sur la compétition vole en éclat avec le conflit. Pendant les premières semaine, les deux héros parviennent à rester à l’écart des violences et veulent croire que cela ne durera pas. Les exactions, les bombes, l’épuration les rattrapent vite. Car, pour leur malheur, ces graines de champion ne sont ni nageurs ni basketteurs; ils font du tir! Leur stature de gloire locale ne les sert qu’un moment.
Alors que Sarajevo est déchirée, que cette ville-carrefour n’est plus qu’un macabre terrain de jeu pour snipers fous, chaque camp essaye de persuader « son » sportif de s’engager. Quoi de mieux qu’un tireur professionnel pour gagner la bataille de Sarajevo! Les miliciens tentent tout; intimidations sur leur famille, chantages, marchandages…Vahidin est le premier à devenir sniper. Marija parvient longtemps à se terrer dans la forêt proche d’Ilidza avant d’être emportée par la vague de violence. Le roman raconte le déchirement des communautés par le prisme de ces deux amoureux puis, leur vie de tireurs à Sarajevo. C’est passionnant et haletant. Sans le savoir, sans accrochage direct, Vahidin et Marija sont face à face dans la ville, en concurrence, chacun étant le meilleur sniper de son camp.
Mais, le récit ne s’arrête pas à la fin de la guerre, Jean Hatzfeld montre l’après. Vahidin comme Marija vont tenter de retrouver leur trajectoire de champions dans l’ex-yougoslavie, pour elle, ou en exil, pour lui. Les trois-quarts du roman sont excellents, la fin pêche un peu; il y a comme un flottement qui ne doit pourtant pas vous empêcher de lire « Robert Mitchum ne revient pas ».

Tout sera oublié Si la période et la région vous intéresse je vous recommande aussi « Tout sera oublié » de Mathias Enard et Pierre Marquès, un bijou dégoté il y a quelques mois dans ma librairie de quartier. Attirée par le format original et la beauté de la couverture, je l’ai acheté, sans hésitation et sans regret.Les aquarelles de Pierre Marquès sont magnifiques et les textes d’Enard (auteur de « Zone ») sont une ponctuation, une musique en sourdine.
Les deux artistes français vivent à Barcelone où ils se sont rencontrés. Tous deux ont été marqués par cette guerre des balkans qui éclatent alors qu’ils ont vingt ans. Marquès touche à tous les supports, toutes les techniques artistiques et la mémoire est le fil conducteur de son travail. 20 ans après les combats yougoslaves, on lui a commandé un monument en mémoire des victimes. « Tout sera oublié » raconte son voyage, leur voyage, dans les balkans à la recherche des traces de ce conflit et de l’inspiration. C’est très beau.

* « Robert Mitchum ne revient pas » de Jean Hatzfeld, Gallimard, 2013

* « L’air de la guerre » de Jean Hatzfeld Editions de l’Olivier, 1994

* « Tout sera oublié » de Mathias Enard et Pierre Marquès, Actes Sud BD, 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s