Tous au Salon du livre…

…sauf moi: je serai en vacances!
J’ai quand même potassé le programme, juste pour vous.
Les lettres roumaines sont les invités d’honneur. Je n’en dirai rien, pardonnez mon ignorance sur le sujet. Je préfère la ville invitée : Barcelone!
Une vingtaine d’auteurs catalans et espagnols débarquent à Paris pour quelques jours, c’est l’occasion de les rencontrer et de les lire. Voici mes chouchous :

*L’anthropologue Albert Sanchez Pinol

Je frissonne encore en repensant à « La peau froide » que j’ai lu il y a déjà longtemps.9782742751631 Deux hommes sont retranchés dans un phare sur une île de l’Atlantique. Ils luttent nuit et jour pour repousser l’assaut de monstrueuses créatures à la peau froide jusqu’à ce que l’un d’eux succombe au charme d’une de ces étranges sirènes. Sanchez Pinol mélange fantastique, aventure et introspection : c’est génial!
Son livre suivant « Pandore au Congo » vaut aussi le détour. Il présente au Salon son dernier roman « Victus ».

Toute son oeuvre chez Actes Sud

*Le troubadour Eduardo Mendoza

Il est le troubadour, le conteur du Barcelone populaire qui accueille sans distinction petits voyous, putes et mamies à chevelure violette. images « L’artiste des dames » est mon roman préféré. Je déteste aller chez le coiffeur mais l’ennui s’envole après quelques minutes de présence dans un salon. Je prends plaisir à regarder s’agiter ce petit théâtre féminin, miroir des vanités et des classes sociales. J’ai donc adoré « L’artiste des dames » où Mendoza raconte le quotidien peu ordinaire d’un coiffeur barcelonais. C’est truculent, drôle et féroce comme la plupart des livres de cet écrivain. Rien de tel pour oublier l’hiver!

* L’alchimiste Carlos Luis Zàfon

Il transforme les livres en or. C’est LE phénomène de la littérature hispanophone. « L’ombre du vent », publié en 2001, s’est vendu à plus de 15 millions d’exemplaires à travers le monde.zafon
Ce récit qui se déroule dans un vieux barrio de Barcelone après la guerre civile est une passionnante promenade au royaume des livres et dans les rues de cette ville charmeuse. Un père emmène son petit garçon dans un mystérieux lieu : le cimetière des livres oubliés. Il doit « adopter » un ouvrage pour le sauver des limbes du temps mais son choix va changer sa vie. « L’ombre du vent » est pour moi l’archétype de ces grands romans qui allie qualité et succès public. C’est désormais un classique.

D’autres rendez-vous au Salon:

*Buenos Aires: lire et danser
Depuis trois ans, la capitale argentine prend ses quartiers à Paris. Son stand, toujours très riche en français ou en castellano, est incontournable si vous appréciez la littérature latino-américaine. Au programme 2013, la poésie et la démocratie car la dictature est tombée il y a trente ans.
Et bien sûr, la Milonga d’ouverture, jeudi à 20h30 avec les champions du monde de tango.

*Henry Bauchau:
Rendez-vous sur la scène des auteurs (Z82) le vendredi 22 mars de 12h30 à 13h30 pour une conférence à propos d’Henry Bauchau, l’immense écrivain belge décédé en septembre.

*Beaux-livres:
C’est nouveau! Un grand espace sera consacré aux beaux-livres, livres d’art et manuscrits. Le très bon « Musée des lettres et du manuscrit » (Paris, 6e) participe au Salon.

Joyeux Salon!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s