Fascinant « Affliction »

Après l’atmosphère étouffante du Liberia (« American Darling »), je me suis cette fois laissée entrainer par Russell Banks dans l’Amérique profonde. Dans les chaleurs africaines ou la froidure du New Hampshire, l’écrivain américain est toujours brillant. L’envoûtement provient de la psychée de ses personnages et la subtilité de ces descriptions.
La vie de Wade Whitehouse est en noir et gris.
Divorcé et père d’une petite fille qu’il voit peu,Wade est empêtré dans son histoire familiale marquée par un père violent et alcoolique. Il veut vivre simplement, être un homme « bien » mais tout est toujours compliqué. Seule maigre consolation, il a un travail et il est l’officier de police du village. Il fait le « bien  » de la communauté jusqu’à ce que cette mission vire à l’obsession. Russell Banks dépeint la dégringolade de cet homme psychologiquement fragile. Le suspens distillé par Banks évite au lecteur de sombrer avec Wade. L’air de rien, sans savoir dire pourquoi, on reste agrippé aux pages si sombres d’ « Affliction« .

Un roman d’hiver parfait, à lire bien au chaud sur son canapé avec un thé aux épices.

*A lire:
« Affliction » de Russell Banks en poche chez Babel (Actes Sud), 2000.

*A voir:
Le film « Affliction » de Paul Schrader avec Nick Nolte, 1999.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s