Une fantaisie belge : « Les assoiffées »

Imaginez la Belgique si proche, si « quelconque » devenue un Etat totalitaire où aucun étranger n’a pénétré depuis des années. Imaginez un pays où le féminisme poussé à l’extrême devient totalitarisme. Imaginez un groupe de journalistes et d’intellectuels parisiens excités par la perspective du scoop : un voyage officiel dans le royaume. Voici « Les assoiffées ».

Au Benelux, désormais, tout se conjugue au féminin. Les doctoresses, les générales-majores, les colonelles, les soldates, les prêtresses… La Belgique a « effacé » ses hommes. Ils ne servent plus à rien, ils sont entassés dans des mouroirs. Au mieux, après leur castration, ils servent de larbins. Les bébés masculins sont tués à la naissance.

Le pays est dirigée par la « Bergère », Judith, qui abrutit ses sujets sous des flots de propagande et les soumet à tous ces royaux caprices. Le récit entremêle le voyage des parisiens et l’ascension surprise d’Astrid, une mère de famille belge à la cour de Judith. Elle découvre les luttes de pouvoir, la paranoia, les privilèges et surtout l’architecture du système partant des brigades de sécurité jusqu’aux apparatchiks du régime.

Bernard Quiriny prend un malin plaisir à décrire ce plat pays devenu si exotique pour le reste de l’Europe. L’idée est séduisante. Cette expédition en terre belge est bien ciselée et parfaitement drôle. L’auteur croque avec une férocité amusée les parisiens en mission. Rien ne manque. L’intello médiatique à l’égo surdimensionné -bizarre, on dirait BHL; la féministe de la première heure qui ne veut pas voir ce qui crève les yeux; l’autre intellectuel qui veut réveler la vérité; le mondain en goguette au cœur de l’enfer etc.

« Les assoiffées » ne resteront pas dans les annales de la littérature. Pourtant, noyée dans la masse de la dernière rentrée litteraire, cette farce à la fois grand public et bien écrite mérite un large détour.

*« Les assoiffées » de Bernard Quiriny, Seuil 2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s