« La vie est brève et le désir sans fin »…et la déception grande!

Un si beau titre, si flamboyant, si plein de promesses est un choix dangereux. Je lis souvent des livres juste pour le titre, cette fois, mauvaise pioche! « La vie est brève et le désir sans fin » de Patrick Lapeyre (Editions POL) est décevant. L’histoire d’une jeune femme qui fait tourner la tête de deux hommes, un à Londres, l’autre à Paris…L’un marié, l’autre pas. L’un trader américain, l’autre traducteur français. Tous deux  » victimes » de cet amour pour une magnifique demoiselle qui ne veut pas choisir…Stylistiquement, le texte est bon. La langue est précise, vive. Mais, le début du roman est lent, lent…Difficile de rentrer dans l’histoire de ce traducteur français obsédé par cette beauté bien plus jeune que lui, qui lui file entre les doigts direction Londres ; et revient; et repart…J’ai persisté, je l’ai fini…Au fil des pages, on s’attache un peu à ces deux « Monsieur Bovary », ça change des jeunes filles en fleur éperdues d’amour pour un bel inconnu. Les jurées du Prix Femina l’ont -elles choisi pour cela?  Peut-être. Moi, je ne suis pas convaincue.

« La vie est brève et le désir sans fin », Patrick Lapeyre, Editions P.O.L, 2010.
Publicités

Un commentaire sur « « La vie est brève et le désir sans fin »…et la déception grande! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s